Retour à Bali !

Quel privilège fabuleux que de pouvoir voyager dans des contrées lointaines et d’y croiser d’autres cultures tout en m’émerveillant de toutes les facettes insoupçonnées qui nous sont accessibles partout sur notre bien petite planète.
Ainsi, je peux me détendre en écoutant des mélodies québécoises, confortablement installé dans un appareil chinois décollé de Beijing tout en survolant le Vietnam en route vers le surprenant aéroport de Singapour. Et tantôt, ce seront les temples, les odeurs d’encens, les fleurs et les sourires de Bali.
Je demeurerai toujours surpris de la diversité que la vie nous offre quotidiennement et je me considère privilégié de pouvoir savourer ces cadeaux  qu’il faut savoir provoquer, découvrir et apprécier.
Vive les différences.
Vraiment exaltant de vivre intensément l’instant présent !
Carpe Diem !
____________________
Le trajet aérien entre Singapour et Bali survole la mer de Java où les conditions météo  (air chaud et humide) créent de nombreuses cellules orageuses. Lors de la montée en altitude, notre pilote a dû “slalommer” un peu  entre des accumulations nuageuses intimidantes que je préférais ,moi-aussi, qu’il évite. Il serait un excellent conducteur de Tuktuk à Bangkok ou de Rickshaw à Bombay…
____________________
J’essaie encore de figurer comment une toute petite madame de moins de 100 livres peut réussir à me torturer (masser) en  s’incrustant les pouces dans mes muscles du dos, des épaules et des cuisses.
Je deviens sans doute masochiste…
_____________________
Kuta demeure une ville intéressante si l’on réussit à ignorer les offre mercantiles et le développement “sauvagement touristique” qui oblitère malheureusement l’image exotique et magique de Bali.
Les bars et discothèques y foisonnent et ont remplacé les temples.
Il reste la mer et les plages pour les amateurs de surf.

Je préfère me réfugier à Ubud et dans les campagnes environnantes pour me ressourcer au milieu des rizières. Pour l’instant, pas de tremblement de terre, d’éruption volcanique ou de tsunami…
Mon karma semble bien disposé et mes anges gardiens m’encadrent bien.  Ils étaient pourtant très déprimés à l’idée de m’accompagner de nouveau en Asie où les déplacements sont pour le moins chaotiques.

Merci de m’envoyer des vibrations protectrices.

Bonne journée

Bernard
_____________________________________________

  • L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris. (Casanova)
  • Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. (Lamartine)
  • Voyager, c’est naître et mourir à chaque instant. (Victor Hugo)

____________________________________________

BALI-1

 

Publicités
Publié dans Asie | Tagué , , | Laisser un commentaire

Nouveau départ vers des contrées exotiques !

Bonjour !
Me voici de retour alors que je m’apprête à m’envoler de nouveau vers l’autre face de notre bien petite planète. Je suis un peu préoccupé puisque mon ange gardien d’office est passablement déprimé à l’idée que je retourne dans les régions asiatiques où les déplacements sont souvent pour le moins chaotiques.
Je fais donc appel à tous mes anges gardiens habituels ou occasionnels afin que vous m’acheminiez des vibrations protectrices pour ma prochaine escapade.
– Je pense à Kim qui a su m’écarter des autobus dans les rues de Yangon (Myanmar).
– La vigilance de ZangLi qui m’a évité de débouler des escaliers à Manille ( Philippines).
– Yuko qui  m’a retrouvé et guidé dans le dédale des allées de Shinjuku Omoide à  Tokyo.
– Zsylvia qui a réussi à déchiffrer les mystérieux horaires et transferts entre les autobus et
les trains vers le mont Fuji (Japon).
– Karima qui déniche toujours les meilleures auberges.
– Josée qui m’a admirablement tiré des griffes de la RCMP (Police Montée Royale
Canadienne) lors d’un léger excès de vitesse au Nouveau-Brunswick.
– …

J’ai donc besoin de « VIBES » efficaces puisque je ne serai jamais très loin des kangourous, des dingos, des requins ou des éléphants.
Je quitte donc dans quelques jours vers Bali, l’Australie, Hong Kong, le Japon et la Thaïlande pour un périple d’un peu plus de trois mois.  J’ai déjà parcouru quelques-unes de ces destinations mais je découvrirai et sillonnerai aussi de nouvelles routes sans aucune retenue et avec ravissement.
Bien sûr, je m’efforcerai de maintenir le contact tout comme lors de mes voyages précédents.  Facebook et WordPress seront mes réseaux sociaux privilégiés.

Première destination :  Bali via Beijing + Singapour.
Retour vers les temples, les fleurs et les sourires épanouis. 😊

Bernard
———————————————————————————————–


 

 

 

 

 

Hello !
Here I am back as I get ready to fly back to the other side of our little planet. I am a little concerned because my guardian angel is quite depressed at the idea that I return to Asian regions where travels are often chaotic.
So I call on all my usual and occasional guardian angels so that you can send me good vibes for my next getaway.

– I think of Kim who was able to get me off the buses in the streets of Yangon (Myanmar).
– ZangLi’s vigilance who prevented me from running down some stairs in Manila.
– Yuko who found me and guided me through the maze of alleys of Shinjuku Omoide in
Tokyo.
– Zsylvia who knows how to decipher the mysterious schedules and transfers between
buses to Mount Fuji.
– Karima who always finds the best hostels.
– Josee who kindly pulled me from the RCMP (Royal Canadian Mounted Police) for
a « small » excessive speed   in New-Brunswick.
– …

So I need good and very effective « VIBES » since I will never be far from kangaroos, dingos, sharks or elephants.
I leave in a few days to Bali, Australia, Hong Kong, Japan and Thailand for a journey of just over three months. I have already traveled some of these destinations but I will travel many new routes without any restraint and with delight.

Of course, I will strive to maintain contact just as in my previous trips.
Facebook and WordPress will be my privileged social networks.
First destination: Bali via Beijing + Singapore.
Back to temples, flowers and smiles. 😊

Bernard

Publié dans Asie | 3 commentaires

Escale à Beijing (CHINE) et retour à Montréal !

Le temps file inexorablement et j’ai tout juste eu quelques heures me permettant  de faire une escale prolongée à Beijing pour découvrir quelques sites exceptionnels. Afin de soutenir le tourisme, le gouvernement chinois autorise maintenant des séjours de 144 heures sans exiger de visa officiel.  J’ai donc profité de cette formalité en m’arrêtant 72 heures dans la capitale de la Chine.

Mais je n’ose pas imaginer ce que j’ai respiré…
Lors de l’approche aérienne vers Beijing, mes poumons  ont eu un sursaut lorsque j’ai aperçu le dôme de pollution atmosphérique installé sur la ville. J’ai imaginé que je pourrais survivre quelques jours…  en songeant à utiliser, moi-aussi, un masque avec filtre que nombre de résidents portent en permanence.

L’aéroport est relativement éloigné du centre-ville et j’ai donc circulé longuement sur les nombreux réseaux du métro avant de parvenir à mon auberge de jeunesse. Une belle initiation au réseau de transport en empruntant plusieurs lignes et en transitant par différentes stations.


J’ai retenu l’auberge « Pekin Station » parce qu’elle était située tout près d’une station de métro tout comme à courte distance de marche des attractions populaires que sont la  Place Tian’anmen, la Cité interdite, le Palais du Rêve, le marché de la soie, la rue
Wangfuging, les petites ruelles Hutong,  la rue Quanmen (Food street), ….

Une auberge sympathique qui agençait bien des volets rustiques à des allures plus modernes et une place réconfortante qui offrait un véritable jardin de fleurs très accueillant tout comme l’étaient les sourires resplendissants des réceptionnistes. L’attitude chaleureuse de celles-ci m’a d’ailleurs amené à reconsidérer mes premières perceptions suscitées lors de mon arrivée.
À plusieurs reprises, j’ai aussi croisé des gens souriants et intéressés à jaser de tout et de rien avec un étranger.

Le choc culturel de me déplacer du Japon à la Chine était toutefois inévitable alors que la politesse japonaise laissait place à une brusquerie beaucoup moins subtile.  Évaporées les minutieuses et délicates attentions raffinées.
Les gens semblent crier juste pour se parler et il faut s’habituer aux nombreux fumeurs et parfois à certains gestes envahissants.
Tout comme à Montréal, il ne faut surtout pas présumer que les conducteurs ou les taxis vont respecter les passages piétonniers. J’ai d’ailleurs observé que l’incivilité de certains est proportionnel à la valeur de leur voiture.  Les nouveaux millionnaires semblent penser que tout leur est permis, ce qui n’est probablement pas une caractéristique exclusivement chinoise…

Ici comme ailleurs, les gens sont rivés à leur téléphone mobile même s’ils ne peuvent utiliser que les services internet offerts par les autorités locales.  J’ai bien tenté de me faufiler à l’extérieur des contraintes de réseaux à l’aide d’un logiciel VPN ( Virtual Personnel Network ), mais ces acrobaties informatiques sont maintenant beaucoup plus difficiles que lors de ma dernière visite à Shanghai. Les mesures restrictives sont très efficaces.

Dès mon arrivée, je me suis évidemment inscrit à un forfait offrant une visite de la grande Muraille. Dès le lendemain très tôt, j’étais en route vers une station de métro éloignée afin de rejoindre un groupe de visiteurs et amorcer le trajet de 90 minutes vers le site retenu.
Ce fût une expérience unique et j’ai apprécié que la section choisie soit relativement déserte lors de notre visite.  Il s’agit d’un endroit prestigieux et les frais touristiques sont proportionnels. Alors que les coûts habituels sont très raisonnables à Beijing, le café régulier coûte 10$ près de la muraille.

Dois-je ajouter que la prochaine muraille de Chine sera faite des autobus qui véhiculent les dizaines de milliers de visiteurs chinois curieux de découvrir leur propre pays.  Ils formaient également une foule dense et compacte lors de ma visite de la Cité Interdite.
Et ils achètent beaucoup de souvenirs  » Made in China « .
Comme le soleil était de la parti, j’ai  pu découvrir brièvement plusieurs autres sites intéressants lors de mon bref séjour.
Souvent des « tourist traps » mais qui sont quand même uniques !

————————————————-

Mon téléphone/GPS était en panne depuis plus d’un mois et j’ai dû récupérer mes anciennes habiletés d’orientation à l’aide de cartes et d’une boussole afin de me diriger convenablement dans une ville parfaitement inconnue. Heureusement que ma tablette Samsung ne m’a pas abandonné.
Je devais régulièrement démontrer lors des nombreuses vérifications de sécurité que j’avais un billet valide pour m’envoler hors du pays.
Comme je ne retrouvais plus mes copies papier, ma tablette etait mon seul instrument de validation et je devais m’assurer que la batterie était toujours bien chargée…

J’ai conversé longuement avec un guide chinois qui parle le mandarin tout comme son épouse qui est originaire d’une région différente de la même province. Lorsqu’il est en visite dans la famille de son épouse, il ne parvient pas à comprendre les parents de celle-ci. Un sérieux problème de langue.
J’essaie de figurer le nombre de dialectes différents partout en Chine.  Wow !
J’imagine aussi que ce sont probablement des personnes réincarnées d’une vie antérieure au lac St-Jean.  Trop drôle.

De retour à Laval, les journées commencent tardivement à revêtir des allures plus printanières sous un soleil moins timide même si mon retour au Québec était plutôt frileux.
Je retrouve progressivement un meilleur synchronisme avec mon environnement après un « jetlag » persistant qui m’a un peu étourdi.
La routine quotidienne reprend donc peu à peu ses droits avec ses contraintes et ses obligations mais quelques nouveaux projets mijotent déjà… 

————————————————————–

Je termine ce dernier « blog de voyage » en remerciant sincèrement ceux et celles qui se sont préoccupés(es) de mon bien-être tout au long de mon voyage et qui ont manifesté un intérêt soutenu à m’accompagner dans mon périple. Les observations et commentaires sont tellement supportant.

Je tiens aussi à m’adresser à  toutes les personnes qui ont suscité de belles occasions de rencontres aussi inspirantes  qu’enrichissantes. Parfois des voyageurs qui sillonnent notre bien petite planète et parfois des résidents locaux qui ont su créer la magie de vivre intensément le moment présent.  J’aurai toujours beaucoup de difficultés avec les « au revoir » qui prennent parfois des allures d’adieux.  Heureusement que les réseaux sociaux permettent de conserver des liens significatifs.
Merci de votre sourire et de votre généreuse présence.
C’est un réconfort précieux et apprécié.
C’est donc véridique d’affirmer que je ne voyage jamais tout-à-fait seul.

À bientôt !
Bernard
——————————————

Vous pouvez visionner sur ce lien FLICKR toutes les images
de l’étape:   BEIJING – 2018


Publié dans Asie 2018

Tokyo 2018 – (Japon)

De nouveaux itinéraires  !
Même après plusieurs séjours, je ne peux que demeurer étonné par toutes les activités qui s’offrent au visiteur dans cette ville aux dimensions difficiles à imaginer. J’ai réservé ma première sortie au sanctuaire Meiji-Jingu qui figure comme l’un des sites les plus réputés du Japon. Nombre de couples choisissent de s’y fiancer ou d’y faire leurs voeux de mariage. La journée de ma visite, tous les étudiants(es) et enseignants(es) d’une école s’y sont présentés pour recevoir la bénédiction du prêtre shintoiste.
Tout en demeurant dans le même secteur, j’ai observé la célèbre intersection de Shibuya puis les groupes de jeunes parfois bizarres qui fréquentent les rues d’Harajuku.  Je n’allais surtout par rater une autre fois le spectacle du  » Robot restaurant » qui prend des allures excessivement déjantées…
La zone de la cité électronique située tout près d’Ahikabara a évidemment réussi à m’attirer de nouveau ainsi que le quartier d’Asakusa qui donne une image plus calme et traditionnelle de la vie japonaise.
Il y a tellement de places à découvrir…
KAMAKURA / ENOSHIMA
Dernière journée complète à Tokyo avant de me diriger vers l’aéroport de Narita en préparation de mon vol vers Beijing.
Aujourd’hui, j’ai parcouru des sites que je souhaitais visiter depuis un bon moment et qui m’ont agréablement surpris.
La ville de Kamakura est située à une heure de train au sud de Yokohama et de Tokyo.
Les rues piétonnières sont accueillantes et de nombreux temples millénaires ont été édifiés dans la région.
Kamakura est surtout connue à cause du « Big Buddha » qui attire nombre de visiteurs et l’île d’Enoshima qu’on rejoint par un tramway local très pittoresque est située juste à proximité et représente une autre destination intéressante.
Ma journée de visite à Kamakura et à Enoshima s’est terminée à la vraie japonaise en compagnie d’une jeune famille que j’avais rencontrée à Kyoto. Celle-ci habite Yokohama et m’a en quelque sorte récupéré à Kamakura pour un trajet de retour très excitant vers Tokyo. Je pense que « Akihito », le conjoint de Midori,  s’est amusé à me faire traverser tous les ponts de la baie de Tokyo en incluant le bien connu « Rainbow bridge ».  Le tout s’est terminé dans un resto typique qu’on ne peut fréquenter qu’en compagnie d’une personne parlant la langue japonaise.
Une fin de journée intense qui s’est achevée relativement tard.
De biens beaux moments et des gens accueillants, généreux et super sympathiques.
J’ai transité à quelques reprises par l’aéroport de Narita, mais c’est vraiment la première fois que j’ai eu tout mon temps pour circuler librement dans les différents terminaux et que j’ai pu jouer à l’observateur féru de psychologie.
J’adore les aéroports.  Ces endroits sont évidemment associés à l’excitation des voyages, les nôtres ou ceux des personnes que nous allons y reconduire…  Précieux laboratoire humain, on y observe toutes les émotions des voyageurs qui représentent la véritable faune internationale: plaisir, craintes, rêve, excitation, stress, impatience, nervosité, insécurité alors que  toutes les facettes sont présentes dans notre champ de vision.
Lors de mon déplacement à Narita, je me suis installé au capsule hôtel « 9-Hours » situé dans le terminal deux.
Un luxe inhabituel pour moi qui est davantage habitué à tenté de dormir sur les bancs inconfortables.
Comme mon vol n’est que le jour suivant, je me suis permis de récupérer un peu de mes dernières journées intensément occupées.
Bientôt Beijing !   Il va me falloir modifier mon accent…
Bernard
—————————–
Vous pouvez visionner toutes les photos de la publication sur Flickr :   TOKYO 2018  – JAPON
Publié dans Asie 2018, Non classé

Le royaume du saké !

Il y a quelques jours, le soleil m’a fidèlement accompagné lors de ma visite d’un village rustique situé à Shirakawago tout au creux d’une vallée cernée de toute part par des cimes enneigées. Mais parfois le ciel se montre plus maussade alors qu’une pluie froide et persistante s’installe dès le début de la journée. Il faut saisir cette opportunité pour se livrer à des activités intérieures.
Comme il faut savoir s’imprégner des valeurs locales et des traditions culturelles, je me suis volontiers laissé entraîné dans des dégustations de saké. Par exemple, une brasserie locale offre, pour 300 yens (4$), la possibilité de savourer quinze variétés de saké. Une expérience absolument étourdissante. Il existe même, pour les personnes soucieuses de recyclage, une possibilité de remplir ses bouteilles à partir de fûts invitants.

Un peu de tout…

– Une nouvelle bizarrerie s’ajoute maintenant à ma collection.
Entrer dans un long tunnel sous un ciel menaçant et ressortir de l’autre côté de la montage sous un ciel ensoleillé.

– Intéressant également d’observer deux asiatiques originaires de pays différents devoir se parler en anglais avec des accents étonnants !

– Le proprio de l’auberge de jeunesse où je réside à Takayama est d’origine italienne et il affectionne les mélodies de son pays qu’il diffuse comme musique d’ambiance. Un volet très international quand on considère toutes les nationalités qui se croisent ici.

– On s’habitue rapidement à la fréquentation des « onsens », des stations thermales de bains chauds superbement décorées et équipées.

– Mon prochain trajet de Nagoya à Tokyo va s’effectuer en « bullet train ». (Shinkansen – 325 Km/heure) Ça ne traînera pas.

– Je croyais avoir semé les français mais ils m’ont retrouvé à Kyoto et les voici de nouveau à Takayama.
Il tentent de compétitionner les chinois.

– Le Japon est un immense gruyère percé de toute parts par une multitude de tunnels qui facilitent et accélèrent les déplacements.
Il semble plus simple de circuler sous les montagnes que d’en faire le tour.

– Le temps file d’une manière insaisissable et je constate presque avec étonnement qu’il reste moins de deux semaines à mon périple. Ce fût une superbe randonnée dans le sud-est asiatique faite de belles rencontres et de moments intenses dans des endroits que j’affectionne particulièrement.

Je vous rejase sous peu directement de Tokyo !

———————————-
image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Voir toutes les images sur Flickr de la galerie : TAKAYAMA – 2018

Publié dans Asie 2018

Kyoto – Osaka

De nombreux sites d’intérêt  sont concentrés dans la région centrale du Japon.
Kyoto et Osaka tout comme Kobe sont des destinations privilégiées  tant par les résidents que par les touristes à l’occasion de la floraison des pruniers et des cerisiers. Il n’est pas exagéré d’utiliser le mot « magie » si on a l’opportunité de parcourir ces lieux centenaires au début du printemps.
Les images  représentent bien superficiellement différentes attractions et ne communiquent malheureusement pas les « vibrations » qu’on y ressent.
————————–
image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Sentier du philosophe ( Kyoto), Secteur de Gion ( Geisha à Kyoto )
Temple Fushimi-Inari (Kyoto), Forêt de bamboos (Kyoto), Nara
Château d’Osaka  (Osaka), Dotonburi  ( Le coeur animé d’Osaka)

Même après avoir sérieusement nettoyé  et « émondé » mes répertoires de photos, il demeure difficile de choisir les images les plus significatives.  Si vous en avez le goût et la patience, voici quelques liens vers des galeries 2018 sur FLICKR.
Bonnes visites !
Bernard

–   Kyoto (1)          –   Kyoto (2)

–   Osaka (1) (Dotonbori)  –  Osaka (2) (Takoyaki)  –  Osaka (3) (Sakura)

Publié dans Asie 2018

Retour à Séoul ( Corée du sud)

Tout juste après la clôture des XXIIIe jeux d’hiver qui se déroulaient à Pyeongchang, je me suis retrouvé à Séoul que j’ai déjà visitée il y a quelques années.  Le passage de la Thailande (+ 35 Celsius) à la Corée (+1 Celsius) est pour le moins saisissant et je sens que mon karma a déjà entrepris ma réadaptation québécoise pour mon retour prochain.  Maintenant, je recherche les trottoirs ensoleillés et je prends des douches ultra chaudes…  Le choc a été très brutal !
Le pays a réussi un bond économique prodigieux au cours des dernières années et plusieurs grandes compagnies internationales se sont développées ici dans un contexte difficile d’affrontement non résolu avec la Corée du Nord.  Les gens semblent très occidentalisés malgré qu’ils protègent âprement leurs traditions et leur culture.
D’ailleurs, une des activités favorites de fin de semaine consiste à revêtir des costumes traditionnels et à déambuler près des palais millénaires ou dans les rues préservées de l’ancienne ville.   On ne compte plus les magasins qui offrent ces costumes en location tant pour les femmes, les hommes ou les enfants.
La préoccupation de rendement aidant, les Coréens apparaissent plus pressés et généralement plus stressés que dans les autres pays d’Asie que je viens de visiter et la ville est vraiment effervescente.
J’ai eu l’impression que les résidents sont à des années lumières en avance relativement à plusieurs volets technologiques. Même chose pour les transports collectifs qui sont absolument incomparables.  Le métro compte plus d’une dizaine de lignes différentes, des centaines de stations et la ligne bleue compte à elle seule plus de 95 stations qui s’étirent jusqu’à l’extérieur de la ville.  Un service efficace et abordable.

Le volet tourisme me semblait moins agressif qu’en Thailande mais c’était sans compter ( littéralement) les dizaines d’autobus stationnées près des lieux touristiques.
Les divergences parmi la population sont évidentes dès les premières sorties en ville mais ne semblent pas atteindre tout le monde alors que plusieurs semblent indifférents. Mais on remarque la présence de nombreux manifestants qui s’opposent et qui s’affichent pro ou anti USA. Les services policiers ne sont jamais très loin.

Plusieurs secteurs offrent des marchés modernes ou typiques où l’on trouve des produits sophistiqués et la Corée a développé une expertise remarquable dans les produits cosmétiques qui ont une réputation mondiale. Elle attire également bon nombre de visiteurs qui viennent profiter du tourisme médical de grande qualité.

Les Coréens sont accueillants, chaleureux et aidants. J’ai pu le constater de nouveau en retrouvant des amis de voyages rencontrés à Taipei (Taiwan).  Nous avons vécu des moment chaleureux à partager un repas typique dans un marché pittoresque.

À quelques occasions, j’ai ressenti une gêne impuissante lorsque des Coréens sympathiques et souriants se sont approchés de moi afin de me saluer et d’amorcer une conversation en anglais alors que je ne comprenais absolument rien à leur langage. Petit malaise !

Finalement, je ne suis pas allé voir le site des jeux olympiques puisque les contraintes étaient trop nombreuses: durée du transport, contrôles multiples dans des locaux encore utilisés par les jeux paralympiques, déplacement difficiles,…

J’aurai finalement pu m’approcher de la zone démilitarisée (DMZ) même si certains secteurs étaient inaccessibles à cause des manoeuvres militaires.  Il faut se joindre à un groupe et respecter des conditions rigoureuses puisque les militaires contrôlent la zone et n’entendent pas à rire. Il faut toujours circuler en groupe puisqu’il importe d’éviter  les secteurs encore minés.  Il y a même un club de golf à proximité qui est entouré de terrains encore interdits.  Pas question d’aller chercher sa balle dans le bois…
Les frères ennemis ont des attitudes de voisins gonflables. C’est à qui réussira la meilleure propagande: le plus grand et le plus haut drapeau, la musique tonitruante la plus forte, l’envoi de CD et de DVD par ballons,…

Les Nord-Coréens ont creusés plusieurs tunnels sous la zone de démarcation et j’ai pu descendre jusqu’au tunnel No 3.
Une longue excursion très cardio de 350 mètres dans un minuscule conduit affichant une pente sévère (11 degrés) jusqu’au tunnel d’invasion situé 85 mètres sous terre.  Une belle balade pour descendre et un exercice intéressant pour le retour.  Le casque de protection est fourni gracieusement et il m’a été utile. J’ai pu sauvegarder quelques rares cheveux…
J’ai surtout trouvé paradoxal, à mon retour, d’expliquer à des Coréens le déroulement de l’activité puisqu’ils n’y avaient jamais participé.

Pensées éparpillées :
– Une journée bonne pour le moral:  le soleil éclatant est de retour après la journée d’hier à geler sous la pluie et sous un ciel plutôt maussade.
-Je n’ai remarqué que très peu de références aux jeux olympiques d’hiver 2018. J’ai aussi été étonné de constater le désintérêt apparent des Coréens pour cet événement important.  Je n’ai pas réussi à trouver de souvenirs et je me suis donc déplacé au parc olympique de Séoul pour obtenir quelques informations. Pas davantage de succès car les lieux avaient été envahis par des milliers de jeunes filles venues « adorer » une vedette locale au stade municipal.
– J’ai observé un Coréen manger ses toasts avec des baguettes.  Rien n’est impossible…
– En Corée, le hibou représente la chance et la santé.
– Les stations de métro sont adaptées pour être utilisées comme abris en cas de conflit.
– Qu’il s’agisse de la langue Thai ou Coréenne, ça demeure du Chinois pour moi.
– Je ne suis pas très doué pour les adieux déguisés en au revoir et je suis toujours un peu déchiré tout en sachant qu’il est facile de garder contact à l’aide des réseaux sociaux.
– Les Coréens sont friands de toutes les recettes de porc et particulièrement des grillades généralement servies avec du Kimshi, une préparation de légumes marinés dans du vinaigre.
– J’ai aperçu le jumeau de mon KIA Sorento.
– Les fraises sont abondantes et succulentes.
– Séoul a salué l’arrivée du printemps avec une neige discrète. 
__________________________________

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Visionner  toute la galerie de photos sur Flickr:   SÉOUL 2018  (Corée du sud)

Publié dans Asie 2018 | 2 commentaires

BANGKOK 2018

Hello !
Mon périple m’a ramené à Bangkok d’où on peut aisément se diriger vers d’autres destinations. On y trouve le centre névralgique d’Air Asia qui est une compagnie populaire en Asie en raison de ses prix avantageux et du nombre imposant de destinations qu’elle dessert.

On ressent une sorte de vibration spéciale à Bangkok qui me fait sourire chaque fois que j’y reviens ne serait-ce que pour une escale. Cette fois-ci, j’ai varié mes hébergements en me déplaçant du quartier moderne de Sukumvit au quartier populaire des backpackers à Khaosan.  Ma pittoresque auberge « Canale » était située sur la berge d’un canal.  J’y ai rencontré plusieurs jeunes québécois qui découvraient la Thailande pour la première fois et nous avons profité de l’occasion pour sillonner pendant deux heures en « long tail boat » les « klongs » de BKK, le nom local donné aux nombreux canaux fluviaux de Bangkok. D’ailleurs, c’est sans surprise que certains qualifient très justement la ville de Bangkok de  Venise de l’Asie. Nous avons effectivement constaté que les canaux de toutes dimensions représentent un véritable labyrinthe au sein même de la ville.

Retour dès demain vers une réalité climatique plus « rafraîchissante »puisque les températures en Corée du Sud sont similaires à celles du Québec et la neige y est encore abondante.
Heureusement puisque les jeux para-olympiques d’hiver 2018 s’y déroulent actuellement.

Pensées éparpillées:

– La faune touristique internationale ne change guère et les fêtards s’abandonnent encore parfois à certains excès.

– Les massages de pieds sont généralement précédés d’un bain de pieds.  Une nouvelle expérience pour moi aujourd’hui… car le bassin d’eau chaude était rempli de morceaux de fruits. Une recette originale !

– La proprio d’un salon de beauté/massage que je connais depuis quelques années a finalement réussi à me faire un manicure… 
Mais une fois n’est pas coutume

– La poutine québécoise a toujours pignon sur rue à Bangkok. On comprend que la clientèle est surtout québécoise.

– Lors de notre lunch après la croisière dans les « klongs », un vendeur itinérant s’est acharné à vouloir vendre un parapluie à la jeune Marie-Lou ( De Québec) qui résistait farouchement. Finalement, le prix est passé de 1500 Bahts à 250 Bahts. Et moi qui croyait bien  naivement être un excellent négociateur.

————————————-

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Voir toutes les images de la galerie Flickr  :   BANGKOK  2018

Bonne visite !

Publié dans Asie 2018

Luang Prabang – LAOS 2018

Hello !
Le Laos était autrefois intégré à l’Indochine française et a conservé des facettes de l’époque coloniale qui accentue encore aujourd’hui ses liens avec la France. La ville de Luang Prabang est devenue progressivement plus touristique et elle profite de l’avantages précieux d’être reconnue par l’UNESCO pour sa contribution au patrimoine mondial.
Au premier abord, on se surprend de l’imposante représentation de touristes originaires de la France.  A se demander s’ils n’ont pas fait fuir les visiteurs asiatiques…  C’est tout un exploit…
Circuler sur les rues principales permet de confirmer que les commerces sont pensés par des français pour des français: les baguettes, bistros, pastis, croissants au beurrrrE, brioches, gaufres et expressos semblent vouloir créer de l’ombrage aux couleurs asiatiques locales. Toutefois celles-ci s’imposent clairement lors du marché de nuit où les artisans locaux offrent des produits colorés et variés.

Transiter même brièvement par le Laos m’offre l’opportunité de participer de nouveau à un camp de formation « Mahout » pour renouveler mon permis de conducteur d’éléphants.  🙂  Après dix années, mes connaissances sont quelque peu périmées. ( Je n’ai pas une mémoire d’éléphant )
La dernière fois, il pleuvait et on m’avait donné une immense feuille de bananier afin de me protéger. 
Mon éléphant s’était montré plus alerte que moi et avait réussi à manger mon parapluie.
Les fermes qui offrent encore la possibilité de monter « amicalement » les éléphants se font plus rares et j’ai même réduit mon poids afin d’être plus sympathique. Ça n’a pas semblé impressionner mes nouveaux amis végétariens qui consomment 250 kg de nourriture et 150 litres d’eau quotidiennement. Je ne fais apparemment pas le poids.
Une journée complète à apprendre et pratiquer le vocabulaire tout comme les instructions  que les éléphants ne se donneront pas la peine d’écouter…   Ils sont beaucoup plus attentifs à toute la bouffe qu’on leur apporte.

Ensuite, ce sera le retour sur Bangkok pour une brève escale avant de revenir vers les températures plus fraiches de Corée, du Japon et de la Chine… qui sont actuellement très similaires à la météo canadienne. Au moins, le printemps est en route même si les vérifications régulières de ma caméra installée à domicile laisse encore apercevoir de bons amoncellements de neige…

Observations éparpillées:
– Ma règle d’un nouveau bracelet dans chaque pays visité commence à m’alourdir le poignet.
   Et dire qu’il reste la Corée du sud, le Japon et la Chine.
– J’ai partagé une agréable conversation avec un jeune chinois originaire de Mélaka(Malaisie) qui est installé à Sydney (Australie) et qui ignore quand et d’où ses ancêtres sont partis quand ils sont venus d’installer en Malaisie.  J’ai fait preuve d’une retenue polie en ne soulignant pas mes perceptions (partagées avec nouvelles amies russes) relativement à l’envahissement chinois de toute la planète ! 
– Lors d’un blog antérieur, j’ai fait allusion à un massage de pieds catastrophique.  Je me suis rapidement réconcilié avec cette activité après une nouvelle expérience agréablement douloureuse. Ce dernier massage n’était vraiment pas que du flattage de mollet.  
Ici, les masseurs(euses) sont parfois timides, habituellement réservés, quelques fois curieux mais toujours énergiques !  🙂    
Le slogan est:  No pain – No good.   J’avais déjà des tylénols:  – ménage  -pelletage  -pédallage  -voyage… 
au tour maintenant des tylénols-massage!
– Jusqu’à présent, je ressentais une grande fierté pour la qualité de mes réservations lors de toutes mes différentes escales. Ma première « guesthouse » à Luang Prabang a brutalement brisé ce mythe !  Une chambre/dortoir minuscule avec la porte d’entrée dans la cuisine, la douche/toilette partagée avec les employés, des odeurs questionnables, plusieurs édifices en construction à proximité,… Je me suis empressé de prendre la fuite sans hésitation et de réserver ailleurs une chambre plus confortable. D’ailleurs, une courte mais pénible intoxication alimentaire m’a fait apprécier de résider dans une chambre individuelle avec salle de bain privée.  
Ne jamais s’endormir sur ses lauriers…
– Le marché de nuit de Luang Prabang a su conserver sa couleur spécifique
– Il faut assister à la procession matinale des moines qui recoivent les offrandes de la population.
– Le hasard fait curieusement les choses.  J’ai croisé mon collègue d’études et de travail Donald D. et son épouse Lucie près de ma guesthouse.  Il y avait nombre d’années que nous ne nous étions pas rencontrés.  Vivement un billet de Loto !

———————————————–

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Visionner la GALERIE complète d’images sur Flickr  :    LUANG PRABANG  –  LAOS  2018

———————————————–
– Un pays étranger n’est pas destiné à vous rendre confortable.
   Il est destiné à rendre ses résidents confortables.   ( Clifton Fadimon)

– Il ne faut pas laisser nos bagages décider de nos destinations. (Shane Kayazon)

– Une fois dans sa vie, il faut aller dans une contrée où on ne parle pas l’anglais et où on ne souhaite pas le faire.

Publié dans Asie 2018 | 1 commentaire

Journée de formation « MAHOUT » – LAOS 2018

J’ai complété mon dernier entraînement de conducteur d’éléphant il y plus de dix années et mes souvenirs étaient pour le moins périmés… Que voulez-vous, je n’ai pas une mémoire d’éléphant !
La dernière fois, c’était aussi au Laos et il comme ilpleuvait, on m’avait donné une immense feuille de bananier afin de me protéger. Mon éléphant avait été plus rapide et avait réussi à manger mon parapluie.
Les fermes qui offrent encore la possibilité de monter « amicalement » les éléphants sont plus rares et j’ai promis d’être très doux.
J’ai même réduit mon poids même si celui-ci ne se compare même pas au petit déjeuner de ces végétariens.

D’où mon inscription à une nouvelle journée de formation. Nous n’étions que deux étudiants pour quatre instructeurs et neuf éléphants. On avait pris soin de nous réserver des femelles qui affichent une attitude plus aimable que les vieux mâles.
Après quatre heures de promenade en forêt et une baignade plus tard, je suis épuisé. Quand l’éléphant se met en branle et que ses omoplates commencent à s’agiter sous votre derrière, il n’y a pas de place pour la négociation.
Le massage fessier est particulièrement puissant.

« Pancake », mon éléphant femelle avait une forte personnalité et s’est royalement désintéressée de toutes mes instructions. Elle n’a même pas daigné faire un peu semblant de m’obéir juste question de me faire plaisir.
La jeune japonaise Rizako a beaucoup mieux performé. Probablement une question d’accent ! 🙂

On s’est tout de même amusé ferme lors de la baignade dans la rivière. Il suffit de se souvenir de fermer immédiatement la bouche si vous criez l’instruction « Boon Boon » puisque votre éléphant se prépare à vous doucher sans ménagement.
Un beau moment !
—————————
image

image

image

image

image

image

image

image

image

Voir toutes les images de la galerie sur FLICKR : FORMATION MAHOUT 2018

————————-
Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page. (Saint Augustin)
Pour voyager heureux, voyagez léger. (Saint Exupéry)

————————–

Publié dans Asie 2018 | 1 commentaire